Un an déjà pour LeFonds FrenchFounders

Investissement&Financement

7 avril 2022

4 min

Membre LeClub depuis ses débuts et séduite par la force de ce réseau, Géraldine lance en 2021 LeFonds avec FrenchFounders : un fonds d’investissement nouvelle génération, innovant qui s’appuie sur le soutien et l’expérience de la communauté FrenchFounders à l’international.

Plongée dans l’aventure entrepreneuriale à seulement 23 ans, Géraldine Le Meur revient sur son parcours. Des expériences durant lesquelles elle s’appuiera notamment sur son propre réseau pour la création de son premier fonds d’investissement “ très early stage*” à San Francisco.

Vous vous êtes lancée dans le monde de l’entrepreneuriat très jeune. Pouvez-vous nous en dire davantage sur votre parcours entrepreneurial avant FrenchFounders ?

J’ai plongé dans l’entrepreneuriat à la sortie de Skema. Alors âgée de 23 ans et maman de mon premier fils, je savais que je voulais construire ma famille, mais aussi m’épanouir professionnellement.

On était alors en 1995 et c’était le début d’Internet. Nous nous sommes lancés dans l’aventure entrepreneuriale avec mon ex-mari.

Nous avons co-fondé quatre entreprises Tech en France avant de nous installer à San Francisco en 2007 : une agence de sites Internet, une entreprise d’hébergement de sites Internet, un “studio start-up” et une plateforme de “blogging”.

Pour supporter, inspirer et booster l’entrepreneuriat tech en France nous avons lancé en 2004 LeWeb, un événement atypique, en anglais, qui rassemblait plus de 4500 personnes à Paris pendant 3 jours venus de 30 pays autour d’intervenants emblématiques de la “Silicon Valley” et de l’Internet : Reid Hoffman (fondateur de LinkedIn), Evan Williams (fondateur de Twitter), Kevin Systrom (fondateur de Instagram), Marissa Mayer (Google), Caterina Fake (flickr) …

Comment l’aventure FrenchFounders et la création de LeFonds a-t-elle débuté ?

J’avais déjà basculé dans la partie investissement en créant The Refiners en 2015 à San Francisco : un fonds qui investissait dans des entreprises très jeunes, parfois même sans produit.

En plus de l’investissement, nous les accompagnions durant trois mois en les exposant à mon réseau professionnel avec des “masterclasses” et des ateliers.

L’objectif était alors de pouvoir les aider à construire leur modèle sur celui des entreprises de la “Silicon Valley” et à penser leur activité en mode global dès le premier jour. Si aujourd’hui les start-up européennes se pensent globales dès leur création, ce n’était pas encore le cas il y a sept ans de cela.

J’étais membre LeClub depuis son lancement en 2014 et dès le début séduite par la bienveillance, l’esprit communautaire et le fait de soutenir et d’aider le développement business de francophones à l’étranger.

Benoit Buridant, Vincent Deruelle, les fondateurs de FrenchFounders, et moi-même étions convaincus de pouvoir créer un nouveau modèle de fonds innovant et différent qui apporterait au-delà de l’argent la force d’un réseau opérationnel et efficace dans leur développement international.

Le point de départ pour LeFonds repose donc d’abord sur l’appui et la force d’un réseau existant, celui de FrenchFounders. Ce réseau ce n’est pas moins de 4000 membres LeClub présents partout dans le monde, qui permettent de donner des leviers de compétitivité, d’excellence et d’accélération à des start-up.

Comment fonctionne LeFonds et en quoi cette démarche est-elle complémentaire à celle de l’Investors Club côté investisseurs ?

FrenchFounders propose deux approches à l’investissement qui sont complémentaires.

L’investors Club regroupe plus de 250 investisseurs, des personnes qui prennent leur décisions à titre individuel sur les dossiers proposés. En règle générale, ils souhaitent aussi s’investir intellectuellement en aidant les entrepreneurs à qui ils ont une expérience à apporter.

LeFonds s’adresse à des investisseurs, qui deviennent souscripteurs (Limited Partners*) ; les décisions d’investissement sont prises par les “General Partners” de LeFonds, Vincent, Benoit et moi-même avec le soutien d’un comité d’investissement que nous avons constitué. Nous avons beaucoup de flexibilité pour accueillir des souscripteurs au fil de l’eau car nous avons monté un “rolling fund*”.

Souvent, les dossiers sont communs au Club et au Fonds, mais en règle générale l’opportunité de pouvoir se positionner en tant qu’investisseur individuel dans un tour de série A n’est plus possible. Aussi, LeFonds permet, pour un membre, de constituer un portefeuille très complémentaire à celui de l’Investors Club.

Et côté entrepreneurs ?

LeFonds permet aux start-up de bénéficier d’un programme d’accompagnement à l’international en post levée de fonds.
Elles sont accompagnées sur des sujets tels que le développement de leur activités business, le recrutement, le partage d’expérience ou encore les rouages de l’installation dans un nouveau pays.

Lorsque l’on fait entrer une start-up dans le “scope” d’investissement, notre grille de lecture est pragmatique : peut-on réellement les aider à se développer avec notre réseau à l’international ?

Outre les critères “classiques” d’un fonds d’investissements nos startups ont :

  1. Un cofondateur francophone ;
  2. Déjà des clients / utilisateurs : si la start-up est trop loin d’un “time to market”, nous n’avons que peu de valeur ajoutée car on ne pourra pas proposer un programme d’accompagnement ;
  3. Une équipe fondatrice engagée. Les fondateurs et l’équipe en “early stage” sont la clef de voûte de beaucoup de choses ; leur capacité d’exécution et leur résilience seront fondamentales pour la suite ;
  4. Une dimension globale.

Nous sommes systématiquement en co-investissement, sur des tours de table déjà en structurations avec d’autres VCs, car notre valeur ajoutée n’est pas dans le fait d’être “lead”.

LeFonds repose sur un réseau international puissant. Peux-tu nous en dire davantage sur les forces de ce réseau ?

Il est évident qu’il y a un flux naturel de start-up qui décident de se déployer vers les Etats-Unis depuis l’Europe et nous avons une belle expertise sur cette zone géographique, mais pas que …Depuis notre lancement en avril 2021, nous avons investi dans 15 start-up : aux Etats-Unis et en France, mais aussi au Royaume-Uni, au Canada, à Hong-Kong ou encore à Singapour. C’est la force et l’originalité de FrenchFounders.

Côté investisseurs, nos souscripteurs (LPs) sont localisés un peu partout dans le monde. Investir dans LeFonds leur permet d’être exposés à ce des opportunités en Europe et aux Etats-Unis.

Pour l’année à venir, le maître mot reste l’ambition du modèle en continuant à étoffer notre “rolling fund” avec pour objectif 10 millions de dollars de capacité d’investissement par an.

Merci à Géraldine Le Meur pour ce partage, qui célèbre à date anniversaire la première année de lancement de LeFonds en avril 2022. Bravo à Géraldine et à son équipe !

Vous souhaitez en savoir davantage sur LeFonds ? Rendez-vous sur Lefonds.vc.


Glossaire :

“Early stage” : Le terme early stage regroupe toutes les start-up et projets qui en sont au stade de leur première levée de fonds. Autrement dit, ils ont dépassé le stade de l’idée, du prototypage ou de l’acquisition des premiers clients.

”Limited Partners” : Investisseur en capital d’un fonds. Leurs fonds sont appelés au fur et à mesure des besoins d’investissement du fonds, et leur sont rendus au fur et à mesure des sorties.

”Rolling Fund” : un nouveau type d’investissement qui permet à ses gestionnaires de partager le flux des transactions avec les investisseurs du fonds sur une base de souscription trimestrielle tout en compensant les intérêts différés sur une période de plusieurs années (par exemple, deux à quatre ans).

Copyright 2022, FrenchFounders - All rights Reserved -

-