Benoit Clément Bollée
Photo de Nicolas Brusson

Benoit Clément Bollée

CEO Asie

Benoit Clément Bollée : CEO Asie, Storefront

Storefront est le leader mondial de la location éphémère d’espaces commerciaux.

Ton business en 2 phrases ?

Storefront est le leader mondial de la location éphémère d’espaces commerciaux.

Notre concept permet aux retailers d’ouvrir des pop-up stores dans toutes les capitales du retail du monde entier : Londres, Paris, New York, Los Angeles, San Francisco, Hong Kong, Amsterdam.

En 2016, Oui Open a fusionné avec Storefront passant en un an de 1000 listing à 15000 listings.

Quel est ton rôle chez Storefront ?

Je suis le responsable Asie. J’ai rejoint l’équipe durant l’été 2015. Nous sommes une équipe de 15 personnes sur place (60 dans toute l’entreprise).

Le développement de cette zone est un enjeu majeur, la Chine en particulier. Et nous voulons aussi nous développer à Singapour, en Corée, au Japon et à Taiwan.

Ton dernier gros projet ou challenge ?

Ressourcer tous les espaces à Hong Kong. En 6 mois nous avons réussi à construire un listing de 1500 adresses.

Le secteur du retail se porte mal même en Asie, il y a un gros travail de compréhension du marché. Ce qui est excitant pour Storefront, c’est qu’on disrupte le secteur du retail afin de permettre d’aligner les cycles des retailers. Avant, la localisation de l’espace était primordiale, aujourd’hui pas seulement, la saisonnalité est un facteur très important et c’est la solution que Storefront apporte aux retailers.  

Un(e) business man/woman que tu admires ? Et pourquoi.

Barack Obama.

Pour son charisme, son calme, son sens de l’humour et le génie de ses discours. Ce que j’admire c’est qu’il arrive à adopter une attitude décontractée et naturelle tout en étant très professionnel.  

Ta plus grande réussite ?

J’ai un parcours de vie assez atypique. Pendant 5 ans j’ai travaillé pour ACTED, une organisation humanitaire.

Ma mission fut de construire un camp de réfugiés pour 70 000 personnes au Soudan du Sud.

J’ai construit une ville en deux mois, réussit à gérer au mieux les conflits entre les populations locales, travaillé avec d’autres ONG…

À aujourd’hui, c’est mon expérience la plus gratifiante et réussie que j’ai vécu dans ma carrière professionnelle.

Un moment d’humilité/un échec dont tu as tiré quelque chose ?

J’ai connu plein d’échecs ! Mais j’ai toujours su rebondir vite.

Avant de rejoindre Storefront, j’ai créé une startup dans le vin, c’était ma première expérience d’entrepreneur et ça n’a pas fonctionné.

Ce que j’ai appris c’est qu’il fallait oser dès le début et ne pas attendre que tout soit parfait pour se lancer. Certaines choses sont accessoires, le plus important c’est d’avoir un discours commercial bien ficelé et d’aller à la rencontre des potentiels clients très rapidement.

Si tu devais donner un conseil aux autres FrenchFounders ?

Avant de m’engager dans un nouveau projet, je réfléchis toujours à ce que cela va m’apporter – au delà du coté financier.

Cette analyse de retour sur investissement m’aide à prendre les bonnes décisions, à prendre du recul et à sortir de ma zone de confort. 

Join Us