Dominique Piotet
Photo de Nicolas Brusson

Dominique Piotet

CEO

Dominique Piotet : CEO USA FABERNOVEL

FABERNOVEL, une agence d’innovation « digital native » d’un nouveau type

L’entreprise pour laquelle tu travailles en 2 phrases?

Fondée en 2003, FABERNOVEL est une agence d’innovation « digital native » d’un nouveau type qui accompagne les grandes entreprises dans leur transformation digitale, notamment en créant des ponts avec les lieux d’innovation (Inde, Chine, Europe, San Francisco…). L’agence a des bureaux à Paris, à San Francisco, à Lisbonne et bientôt à New York et Shanghai.

Ton rôle, tes responsabilités au sein de la société, comment tu en es arrivé là ?

Auparavant, je travaillais pour BNP Paribas et j’étais en charge de leur transformation digitale à San Francisco. Après plusieurs mois, je me rends compte que de nombreuses entreprises ont besoin d‘accompagnement pour innover dans leur stratégie digitale et de les plonger dans des lieux d’innovation. Je décide donc de créer ma propre agence, RebellionLab, revendue depuis un an à FABERNOVEL. Je suis maintenant le CEO  de FABERNOVEL aux Etats-Unis, pour accompagner les directions générales et métiers dans la conception, le test de produits et services et la mise en place de stratégies d’innovation. Je suis également en charge du développement international du Groupe.

Ton dernier gros projet ou challenge?

Mon gros challenge du moment, c’est d’accompagner notre très forte croissance. Nous ferons + 150% cette année aux Etats-Unis, en ligne d’ailleurs avec la croissance générale du Groupe. Avec ce type de rythme, il nous faut assurer un bon équilibre des équipes, continuer à attirer les meilleurs plutôt que de « recruter pour recruter », et maintenir le très haut niveau de la qualité de notre production. Pas simple!

Un(e) business man/woman que tu admires? Et pourquoi.

J’ai une grande admiration pour André Citroën car c’est un vrai visionnaire et un vrai modèle d’entrepreneur. Si il avait aujourd’hui l’opportunité d’être dans la Silicon Valley, il aurait très probablement pu créer Tesla. Il aurait notamment pu avoir accès à des fonds d’investissement qui lui on cruellement manqué avec le développement de la Traction Avant et ainsi rester à la tête de son entreprise. J’aime beaucoup la question qu’il posait aux ingénieurs en entretiens de recrutement : « Qu’avez-vous inventé ? ».

Ta plus grande réussite ?

Ma plus grande réussite est mon équipe bien sûr. Il a fallu assembler des talents de différents horizons et de différentes cultures. A San Francisco, nous sommes à ce jour 30 employés composés de 50% de français et 50% d’américains.

Aux Etats-Unis, le style de management est différent et la façon de conduire un business est beaucoup plus direct, c’est ce que nous apprécions.

Un moment d’humilité/un échec dont tu as tiré quelque chose?

Lors de mon expérience chez BNP Paribas, j’ai eu énormément de mal à faire passer quelques projets qui me tenaient à cœur et dont je pensais qu’ils seraient bon pour la banque. C’est compliqué de faire entrer une mentalité d’entrepreneur dans une grande entreprise, et en cela j’ai échoué. J’ai créé la structure, mais à l’extérieur de la banque. Cela a été une excellente expérience malgré tout.

Si tu devais donner un conseil aux autres FrenchFounders?

Mon premier conseil est d’apprendre des autres le plus possible. Nous avons tous fait des erreurs business et nous avons tout à gagner à partager. Donc, utilisez le réseau, à fond ! Posez des questions, rencontrez-vous, et au moins tentez d’éviter de refaire les erreurs des autres. Vous en ferez bien assez de toute façon.

 

Join Us