Hong Kong et la Chine : Récit d'un ping-pong économique à envergure internationale

Le mois dernier à Hong Kong, zoom sur un sujet qui suscite beaucoup d'inquiétudes avec Alicia Herrero, Chief Economist Asia Pacific de Natixis. Alicia est revenue sur la situation actuelle et les perspectives d'avenir pour cette région fragilisée sur le plan économique.


L’avenir politique et économique de Hong Kong suscite de plus en plus de préoccupations. Selon les économistes, aucune autre ville chinoise, pas même Shanghai, ne pourrait jouer le rôle de ce hub financier dans un avenir proche. 

 

Dans cette optique, nous recevions Alicia Herrero, Chief Economist Asia Pacific de Natixis et une cinquantaine de membres le mois dernier à Hong Kong, lors d’une soirée centrée sur le contexte économique mondial, ainsi que sur la situation en Chine et à Hong Kong. Le temps d’une présentation détaillée suivie d’une session de questions-réponses, Alicia est revenue sur quelques-unes des grandes idées qui sous-tendent ce sujet particulièrement d'actualité.

 

Un environnement perméable aux bouleversements à l’échelle mondiale

 

Le contexte mondial actuel est grandement influencé par nombre de facteurs structurels. Vieillissement de la population mondiale, taux d'intérêts très bas, forte décélération de la productivité… Tous ces facteurs, couplés au ralentissement rapide des échanges, impactent négativement Hong Kong dont l'économie - très ouverte - est vulnérable aux fluctuations au niveau mondial.

 

Par ailleurs, d’autres facteurs conjoncturels - tels que Brexit et la guerre commerciale qui sévit entre la Chine et les États-Unis - ont déjà affaibli l'économie hongkongaise, auxquels viennent s'ajouter des troubles sociaux depuis le printemps dernier.

 

Une économie fragilisée

 

Le destin de la Chine est celui de tous les autres pays s'étant développés au même rythme car la croissance ralentit fortement après un fort développement.

 

La décélération structurelle dont est victime la Chine a été amortie par des déficits publics extrêmement importants, un stimulus fiscal continu et des taux d'intérêts très bas. La Chine, en ralentissant sans accepter cette décélération structurelle, s’est créé un fardeau : une dette qui pèse désormais pour 15 % de l'endettement total de la planète.

 

Les moteurs de croissance dits “faciles” - urbanisation, guerre commerciale… - ralentissent. Selon Alicia, la seule manière pour la Chine de continuer à croître est à travers l’innovation. En raison notamment de la taille du pays et de sa population, ainsi que du taux de productivité faible d’une large partie de cette population, la Chine va devoir faire preuve d’une forte capacité d’innovation si elle espère voir croître son économie.

 

Un pays, deux systèmes

 

Hong Kong est un membre bien distinct de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Si Hong Kong venait à perdre son statut particulier, la ville et son économie seraient bien différentes car elle sert également d’important entrepôt au commerce entre la Chine et les pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). La Chine, très dépendante de Hong Kong sur le plan commercial, utilise le Dollar de Hong Kong (HKD), les actions et les emprunts de Hong Kong pour attirer les fonds étrangers, tandis que les entreprises internationales s’appuient sur Hong Kong comme un tremplin pour se développer en Chine continentale.

 


 

Bien qu’affaiblie par la situation actuelle sur le plan international, la ville de Hong Kong reste le lieu de prédilection des financiers, hommes d’affaires chinois et internationaux pour mener à bien leurs transactions. Son système juridique et réglementaire de type occidental est considéré comme juste et apolitique par nombre de partenaires commerciaux.

Join Us