La (R)évolution de la Beauté

Depuis plusieurs années, l'univers de la Beauté ne cesse d'évoluer. Entre innovations technologiques, attentes des clients de plus en plus exigeants, révolution digitale et marques émergentes, il faut sans cesse se réinventer. Le 14 Février, nous avons exploré les nouvelles frontières de ce secteur avec l'expertise de nos speakers.

Il y a quelques semaines, la communauté FrenchFounders se réunissait autour d’un Breakfast sur la thématique de « la (R)évolution de la beauté » à Montréal. Au programme, un échange sur l’univers de la beauté, en constante évolution depuis plusieurs années notamment du fait de l’impact de la transformation digitale. Cette révolution a donné naissance à de nouveaux comportements chez les consommateurs, ainsi qu’à l’apparition de nouvelles marques qui ont vu le jour en saisissant les opportunités nouvellement créées.

Lors de cette discussion, guidée par Linda Tibbits, General Manager @Pierre Fabre Dermo Cosmétique, Philippe Bergeron, Entrepreneur et Investisseur @Mériance et Karim Abichat, CEO @OGUST (Sykio), 3 points majeurs ont été abordés :

 

1. Comment les magasins traditionnels s'adaptent-ils aux nouveaux consommateurs ? 

Avec le changement des comportements traditionnels d’achat en faveur de nouvelles attitudes, où le vendeur est devenu un intermédiaire facultatif et non plus nécessaire, les magasins classiques connaissent aujourd’hui des difficultés à s’adresser à leurs clients, devenus protéiformes. L’apparition et l’usage grandissant des réseaux sociaux a engendré la multiplication des communautés, obligeant dorénavant les marques à toucher leurs clients individuellement, en adoptant une approche sur-mesure. Certaines enseignes telles que Sephora ont compris cette nécessité et allient désormais une stratégie de mass market avec celle de prestige pour toucher les différentes communautés en un seul et même lieu

 

2. Du produit au service

Désormais, les clients ne veulent plus simplement acheter un produit ; ils cherchent à résoudre une problématique qui leur est propre. De cette façon, l’enseigne s’engage à prendre en charge les besoins de son client et à apporter une solution sur le moyen, voire sur le long terme. C’est ainsi que sont nés les devices tels que les masques à led ou les appareils de mesure du PH de la peau par exemple, qui fournissent une prise en charge plus complète aux clients. En conséquence, ce n’est plus un simple produit qui est vendu, mais une prise en charge qui est proposée ; le magasin devient un centre de diagnostic plutôt qu’un simple entrepôt. 

 

3. Quelle situation au Canada ? 

À l’heure actuelle, les enseignes au Canada ne semblent pas avoir pris la mesure de ce changement radical. En effet, elles restent très traditionnelles et s’apparentent toujours à des lieux de stockage  de produits destinés à la vente. La notion d’expérience est encore effacée, voire totalement absente. Or, cette évolution mériterait d’être prise en compte et d’être vue comme une véritable opportunité de répondre aux besoins de ses clients tout en se démarquant de la concurrence.

Join Us