Revolutionizing the Energy Sector

Le secteur de l'énergie fait face à de nombreuses transformations : l’arrivée de nouveaux entrants innovants et de nouvelles technologies forcent les acteurs du secteur à repenser leurs stratégies et à s’adapter. La communauté FrenchFounders s’est réunie à Londres pour échanger sur ces thématiques autour d’un panel composé de spécialistes du secteur.

Le secteur de l'énergie fait face à de nombreuses transformations : l’arrivée de nouveaux entrants innovants et de nouvelles technologies forcent les acteurs du secteur à repenser leurs stratégies et à s’adapter. La communauté FrenchFounders s’est réunie à Londres pour échanger sur ces thématiques autour d’un panel composé de spécialistes du secteur.

La technologie de la blockchain a notamment beaucoup fait parler d’elle ces derniers mois, en particulier ses applications dans le secteur de la finance (cryptomonnaies, échanges décentralisés, etc.). Ce n’est cependant pas son seul domaine d’application et l’énergie en particulier pourrait représenter un terrain-clé pour cette technologie, tant au niveau de la traçabilité des flux, la transparence des transactions, l’automatisation des contrats, la collecte et le partage de données...

C’est justement le postulat d’Electron, startup en pleine croissance basée à Londres, qui exploite la technologie de la blockchain pour concevoir des systèmes favorisant le partage des données et la flexibilité des échanges dans le secteur de l'énergie, et qui opère pour une plus grande transparence et un trading plus proche du consommateur final.

La transparence, c’est aussi l’objectif d’Irene Energy, qui utilise la Blockchain Stellar afin de procéder à des micro-paiements et permettre au consommateur d’avoir une parfaite visibilité sur son fournisseur d’énergie verte. Les intermédiaires sont ainsi supprimés et 100% des fonds sont reversés au fournisseur. Selon Guillaume Marchand, fondateur d’Irene Energy, l’Afrique pourrait notamment bénéficier de leurs solutions afin d’optimiser les transactions et assurer un meilleur accès à l’énergie sur le continent.

La blockchain n’est bien évidemment pas la seule technologie capable de faire évoluer le secteur. La startup Opinum s’appuie par exemple sur l’IoT pour optimiser l’analyse et la gestion des données énergétiques des bâtiments. Selon Loic Bar, CEO de la société, il est primordial de récolter et de croiser les différentes données énergétiques (eau, gaz, qualité de l’air, électricité, mazout) pour obtenir une vision d’ensemble de sa consommation et avoir un impact stratégique sur cette dernière. C’est ce que permet de faire leur produit, une plateforme qui agrège et centralise toutes ces données afin de mieux les optimiser.

Ces nouveaux entrants cherchent à créer de nouveaux paradigmes afin de faire évoluer le secteur, mais il leur faut bien sûr prendre en compte et collaborer avec les acteurs historiques du secteur pour réussir à avoir un impact significatif.

Pauline Bovyn, en charge de l’innovation et de la stratégie digitale chez Total, évoque les ambitions du groupe à devenir le leader de l’énergie responsable pour tous. La transformation numérique et digitale est également au cœur des enjeux du groupe, qui incorpore l’innovation technologique sur toute sa chaîne de valeur, du processus d'extraction des matières premières au chatbot client.

Cela passe notamment par la collaboration et l’investissement ponctuel dans des startups du secteur, qui bénéficient de l’envergure et du savoir-faire de Total tout en apportant leur agilité et leurs innovations. Jon Ferris, Strategy Director d’Electron, est également convaincu que cette collaboration entre petits et grands acteurs est clé pour faire évoluer les infrastructures de l'énergie vers plus de transparence et de flexibilité. Pour Loic Bar, la collaboration entre sa société Opinum et des grands groupes leur a permis de collaborer aujourd’hui avec EDF, Microsoft ou encore Engie, dans un climat de confiance qui a joué un rôle d’accélérateur pour leur développement.

Un autre enjeu important du secteur est la régulation, qui se doit d’évoluer avec le marché. Pour Jon Ferris, il est primordial de dialoguer avec les régulateurs afin de développer une compréhension bilatérale entre les régulateurs et les acteurs du marché, à la fois sur le plan technique et économique, dans le but de créer un cadre légal propice au développement de ces nouvelles technologies et innovations. Guillaume Marchand mesure lui aussi l’importance de cette régulation qui est encore incertaine, notamment concernant le trading d’électricité en « peer to peer ». C’est pourquoi il a préféré inscrire sa startup en accord avec la réglementation d’aujourd’hui, sans spéculer sur ses potentielles évolutions.       

Enfin, nos speakers ont partagé leur vision sur l’avenir du marché et ses principales innovations. Nous avons notamment évoqué l’évolution des batteries, dont les performances continueront de progresser, ce qui pourrait en faire un véritable « game changer » pour l’industrie. Ces progrès sont fortement liés à ceux des voitures électriques, dont le développement accentue par la même occasion celui de la production d’énergies renouvelables - ces deux industries se stimulant mutuellement. Plus qu’un simple moyen de locomotion, les voitures électriques pourraient progressivement avoir une fonction de transport de l’énergie et devenir des sources mobiles d’électricité, au cœur des problématiques de mobilité et de villes intelligentes de demain.

Join Us