Thomas Brochier
Photo de Nicolas Brusson

Thomas Brochier

Founder

Thomas Brochier : founder de SeeChic

SeeChic est un site e-commerce de lentilles de contact, de lunettes de vue et de solaires.

Ton business en 2 phrases ?

Du retail et e-commerce dans le secteur de l’optique avec l’ambition de disrupter cette industrie, comme Sephora a pu le faire dans le secteur des cosmétiques.

SeeChic est un site e-commerce de lentilles de contact, de lunettes de vue et de solaires. Les lentilles de contact de couleur sont en pleine croissance en Asie, et nous prenons l’approche « beauté » pour cette catégorie de produits.

D'où t'est venue l'idée ?

Avant de créer SeeChic il y a un an, j’étais le directeur commercial Asie, Pacifique, Moyen Orient, Afrique de Luxottica, le leader mondial de l’optique (9 milliards d’euros de chiffres d’affaires).

A Singapour, 85% de la population des moins de 25 ans est myope. Nous voulons optimiser la data et la tech pour améliorer l’expérience client. Par exemple, nous envoyons un rappel pour recommander vos lentilles en 1 click et offrirons très bientôt des modes d’abonnement.

Après avoir levé $1,6 million en Seed, nous sommes une équipe de 12 personnes.

L’objectif d’ici 2019 est d’atteindre les $60 millions, de s’étendre rapidement en Asie du Sud Est, avec Bangkok en première priorité.

Ton dernier gros projet ou challenge ?

En Asie il y a 750 millions de personnes qui n’ont pas accès aux soins de la vue mais qui ont besoin d’une paire de lunettes.

C’est notre vrai gros challenge à long terme : comment servir ces populations sachant qu’une bonne vision est essentielle ?

Notre 2ème challenge, immédiat, est de convertir l’achat offline vers l’achat online. Pour y arriver, nous offrons aux entreprises un test optique gratuit pour leurs salariés. Nous nous déplaçons et allons dans les bureaux, comme par exemple nous l’avons fait avec Booking.com, Airbnb ou OCBC. SeeChic devient alors une marque crédible et nous prouvons combien acheter online est plus simple et moins cher.

Un(e) business man/woman que tu admires ? Et pourquoi.

David Jones. L’ancien CEO Havas Worldwide et le fondateur de One Young World.

Son accroche: bien faire et faire du bien. Aujourd’hui on ne peut plus faire du business pour du profit. C’est de notre responsabilité de créer un concept, un produit, avec au cœur l’objectif de changer les choses pour les générations futures. Pour SeeChic, nous nous concentrons sur la correction de la vision pour les élèves en Asie du Sud Est.

Ta plus grande réussite ?

Partager ma vision d’entreprise à mon équipe et la transformer en actions concrètes. Je sais que j’ai réussi lorsque je me sens inutile et que mes collaborateurs prennent le flambeau à leur compte.

Par exemple, au mois de septembre j’ai été absent de l’opérationnel car j’ai passé 100% de mon temps à chercher des fonds dans le cadre d’une série A. Nous avons fait +21% de chiffres d’affaires par rapport au mois précédent.

Un moment d’humilité/un échec dont tu as tiré quelque chose ?

En tant qu’entrepreneur, nous sommes constamment confrontés à des moments de doute. Quand l’échec nous atteint, il faut savoir se réinitialiser. J’utilise Headspace, une app de méditation, qui me permet de me booster et de repartir d’un pied neuf, afin d’être toujours vecteur d’énergie positive pour mon entourage.

Si tu devais donner un conseil aux autres FrenchFounders ?

Je m’adresse aux entrepreneurs : au moment de se lancer dans la création d’entreprise, se poser la question si la finalité du projet est en ligne avec notre esprit et notre cœur. Dans les moments de turbulence, si les intérêts personnels sont alignés avec les intérêts professionnels on peut se transcender, voir la big picture et déplacer les montagnes.

Join Us