What's Next for Africa

Le 17 octobre dernier à Londres, le Club s’est réuni autour d’une thématique forte liée aux opportunités business du continent Africain. Les échanges se sont concentrés sur trois axes (les consommateurs, les études de marché, l’investissement)

Insights sur les consommateurs

•Afrique-extra vers Afrique-intra : 10 ans d’évolution des flux monétaires

Depuis une dizaine d’années, on assiste à un pivot des flux d’argent entre consommateurs. Là ou les flux étaient orientés de l’Afrique vers la diaspora, on assiste aujourd’hui à une augmentation d’une circulation de flux intra-Afrique, près de la moitié : cela implique une vraie hausse pour le pouvoir d’achat, et plus globalement sur l’économie du continent."When we started our business in Nigeria, remitances were only from the South to the North, from Africa to the UK or to the US but now we really see intra-Africa remitances" Jerry Ejikeme, Founder @Sochitel

•Opportunités stratégiques : éducation, positionnement et segmentation

Thibault Launay, Founder @Afrimalin, témoigne : “Afrimalin est la première entreprise étrangère en Guinée ! Ce pays étant francophone, cela nous a permis une expansion dans les pays voisins en apportant un service vraiment différenciant”. Cependant les techniques d’adoption doivent être adaptées en fonction des pays où les usages diffèrent, et au sein de ces marchés, la segmentation est primordiale. “If you go to Senegal or Kenya, everyone knows e-commerce but in some other African countries such as Guinée not all. You need to go in the streets to educate consumers” précise d’ailleurs Thibault. Car les usages sont en véritable mutation sur le continent, il y a un gros travail d’éducation qui sur les marchés qui le composent. On constate de meilleurs résultats par l’expérience de la prise en main directe du produit, qui conditionne son appropriation :“the best form of education is trying” souligne Charles Sekwalor. 
La diaspora est également une audience – voir, un marché – à considérer avec attention, ce qui est rarement le cas aujourd’hui :“the African diaspora is not taken into account enough. We created movemeback to give more transparency on where the opportunities are in Africa” analyse Charles Sekwalor, CEO @ Movemeback.

•Miser sur l’économie numérique pour le continent « le plus jeune » du monde

"Everyone talks about agriculture when they talk about Africa. Yes it's 60% of GDP but we, African consumers, like entertainment, to get dressed...There is a real market for that and people start to understand it" rappelle Ammin Youssouf, Co-Founder & CEO @Afrobytes. C’est le continent le plus jeune de la planète, 70% de ses habitants ont moins de 25 ans et il compte 37% de Milenials.

Etudes de marché et investissements

"Less than 2000 companies are listed in Africa. There is very little information available, almost no corporate profile" Rob Withagen, Co-Founder & CEO @ Asoko Insights. Il en resulte un modèle à inventer – ou à minima, à repenser dixit Julien Riant, Partner @ LC Partners – pour les Due Diligence et process d'investissements, car les modèles existants traditionnels ne sont pas adaptés au marché africain. Il faut être prêt en Afrique à miser sur un ROI long-terme (et pas court terme) : impossible de penser aux exits à ce stade sur le continent.

Merci à notre panel, consituté de :

  1. African Consumers Insights: What’s Going On?
    Charles Sekwalor, Thibault de Launay, Jerry Ejikeme, Ibrahim Soumano
  2. How To Conduct a Market Research in Africa: The Best Way to Kick You Off
    Rob Withagen
  3. How and Where to Invest in Africa: Learning from Experience.
    Riaz Currimjee, Julien Riant, Maxime Bayen

Retrouvez l’ensemble de nos membres et speakers en cliquant sur ce lien

Pictures : courtoisie de Hiroes

Join Us